Illusion & macadam - Webconférence - Face aux enjeux climatiques, quel rôle pour le secteur culturel ?Webconférence


17 juin 2020
à 10h en partenariat avec L’ Ardec
Et aussi
Formation : Adapter ses pratiques professionnelles aux enjeux climatiques

Face à l’urgence, changer son regard et ses pratiques professionnelles

Les 20 et 21 juillet
+ d'info 

 
S'inscrire à la webconférence
ici

 

L’Ardec et Illusion & Macadam se retrouvent autour de David Irle – AladirConseil pour un partenariat inédit sur la question de l’impact carbone dans le secteur culturel.


Cette crise sanitaire a créé, chez nombre d’entre nous, l’envie d’agir à son niveau sur les questions d’environnement et notamment de réchauffement climatique.

Le secteur culturel n’est pas exempt de cette réflexion, bien au contraire. La question du développement durable est présente auprès des festivals ainsi que des lieux depuis plusieurs années, mais reste encore difficile à interroger pour les équipes artistiques.


Nous souhaitons impulser une dynamique sur ces questions, au-delà d’une simple formation. Cette démarche doit s’inscrire dans le temps et être portée par l’ensemble de l’écosystème pour avoir un impact significatif et durable.

C’est pourquoi la collaboration entre nos 2 structures et AladirConseil fait sens et permet d’envisager des actions mutualisées et complémentaires sur le long terme (webinaires, formations, rencontres professionnelles…). Nous souhaitons ainsi participer à la constitution d’une communauté de professionnel·le·s produisant de la

ressource et des échanges de pratiques utiles pour l’ensemble du secteur culturel.

La webconférence que nous proposons aujourd’hui vise à aborder ces questions. Qu’est-ce que la culture peut raconter pour nous aider à saisir l’ampleur de la tâche ou expérimenter de nouvelles pratiques ? Comment inscrire nos actions pour allier l’efficience, la résilience et l’endurance, lutter contre l’éco-anxiété et l’éco-fatigue ? La Coopération culturelle avec d’autres territoires et structures peut-elle entraîner ce mouvement ?

 


Intervenants

 

Gwendolenn Sharp est la fondatrice de The Green Room, une organisation oeuvrant pour le changement environnemental et social dans l'industrie de la musique. Elle a travaillé avec des institutions culturelles, des festivals et des ONG environnementales en Pologne, France, Allemagne et Tunisie et possède une expérience diversifiée dans la production de concerts, la gestion de tournées, la conception de projets, la coopération internationale et le développement d'outils et de stratégies. Elle est membre du Réseau des Managers Culturels, du Réseau Eco-Evénements (REEVE) et évaluatrice pour A Greener Festival (UK). TGR : The Green

Room est une association qui développe des stratégies créatives pour accompagner le changement environnemental et sociétal dans l’industrie de la musique. Depuis 2016, travaillant avec des musicien.ne.s et technicien.ne.s associé.e.s, l’association met en place des tournées bas-carbone, réalise des évaluations, des actions de sensibilisation, des formations et des études opérationnelles sur les pratiques artistiques et les enjeux environnementaux.

Samuel Valensi est auteur et metteur en scène, fondateur de la compagnie de théâtre "La Poursuite du Bleu". Il est diplômé de HEC Paris, spécialisé en management de la création, et licencié de Philosophie à la Sorbonne Paris IV. Il enseigne la production du spectacle vivant et la responsabilité environnementale de la culture à HEC Paris et à l'ICART.

Depuis cette année, il travaille à la décarbonation du secteur culturel au sein du think tank The Shift Project qui œuvre en faveur d’une économie libérée de la contrainte carbone.


David Irle a travaillé pendant huit ans pour Occitanie en scène, au service du développement de projets culturels européens et internationaux, il a été à l’initiative du projet collectif Madeleine H/F portant sur l’égalité femmes/hommes dans les métiers de la culture en Languedoc-Roussillon. Désormais consultant indépendant sur les questions de renforcement économique en conditions hostiles, notamment auprès des entreprises culturelles, spécialiste des problématiques énergétiques liées au réchauffement climatique et des financements européens. Avec son projet Aladir conseil, il travaille à une meilleure compréhension des impacts du réchauffement climatique pour la culture, et de la façon dont la culture pourrait disséminer de bonnes pratiques, par des projets artistiques capables de transformer les imaginaires, par l’exemplarité professionnelle de ceux qui le peuvent et par la redéfinition des politiques publiques en la matière.